Message du Maire
Conseil
Réunions Mensuelles
Réunions Extraordinaires
Arrêtés Municipaux

Notre Histoire
Cimetière Athol House
Mémoire (Adobe PDF)

Le Messager d'Atholville

Accomodations
Carte Routière

Loisirs

Terrains à Vendre
Parc et Mail Industriel
Département d'incendie
Champ de baseball
Facture d'eau et égout

Application pour travail
Pompiers volontaires
Plaintes
Permis
Installation de piscine

Événements Spéciaux

Chambre de Commerce
RestigoucheNET
Ado Santé
Service N.-B.
Nous Rejoindre
Accueil

Historique du Village

       A trois miles de Campbellton se trouve une petite municipalité. Ses rues sinueuses et petites maisons qui semblent s'accrocher aux abords de la montagne lui donnent un aspect curieux. Partout, le panorama est enchantant. L'horizon semble gonflé au dessus des montagnes bleuâtres. Les eaux tranquilles de la rivière Restigouche réflètent un bleu plus foncé et serpentent autour du "Flat", inconscientes qu'elles servent de frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Québec. Le "Flat", comme on l'appelle ici, est une étendue de terrain fertile comprise de sédiments de la rivière qui se sont accumulés avec les années.

        Ceci décrit l'environnement que la nature a préparé pour le petit hameau d'Atholville qui était anciennement connu sous le nom de Ristigouche. Les indiens ont une curieuse façon de le prononcer: "Rist-ah-gouche". Pendant des centaines d'années, l'écho des chants et légendes Micmac ont résonnés parmi les montagnes.

        Érigé dans le "Flat", ce groupe de wigwams devait présenter un spectacle curieux aux explorateurs. Une forêt pleine de gibiers et une rivière débordante de poissons justifient la prospérité des colonies.

        Mais au dix-huitième siècle, des nuages de guerre s'étendaient de l'Acadie à la Baie des Chaleurs. Les colonisateurs français avaient recherché un havre au loin de ses persécuteurs. En décembre 1755, ils campent pour l'hiver où se trouve présentement Campbellton. Sept familles se dirigent immédiatement vers Tracadièche, aujourd'hui nommé Carleton. Les Micmacs de Ristigouche étaient très amicals et acceuillants envers les paysans français. Au printemps 1758, sept cent d'entre-eux traversent la rivière et s'établissent à Pointe-à-la-Garde.

        Plusieurs noms furent designés au Village d'Atholville durant les quarante dernières années. Le premier bureau de poste se trouvait alors dans le "Flat" au "Coin", comme on l'appelait. Il était situé dans le magasin appartenant à la compagnie Shives. L'adresse était alors "Shives Athol". Plus tard, un deuxième bureau de poste fut installé où l'on trouve la rue principale aujourd'hui. On le nommait alors "Ferguson Manor". Au dépot du CNR par contre on étempait toujours les billets "Athol House". Depuis 1918, le nom Atholville est utilisé par tout le monde.

        Je m'aventure à dire que ceci est l'histoire "ancienne" d'Atholville.

        Atholville avait été nommé "Ferguson Manor" d'après Robert Ferguson, qui avait acquis tout le terrain où se situe aujourd'hui le Village d'Atholville. D'après quelques anciens de la paroisse, les gens de la région ayant de la difficulté à prononcer ce nom l'appellait "Ferguson Manure" ce qui apporta le père Lanteigne à vouloir faire changer le nom à Atholville.

Tous droits réservés ©2005- All rights reserved ©2005- Webmaster: Irene Doyle